logo EFB
ENTRAIDE FEMININE BURKINABE

Historique Objectifs Organigramme Activités du centre Activités du Foyer Activités des groupements Perspectives Partenaires Accueil


OBJECTIFS

      L'Entraide Féminine Burkinabé est une association féminine à caractère social. L'EFB est une organisation à but non lucratif et bénévole son fonctionnement est régi par les documents suivants :

  • Statuts et règlement intérieur de l'association
  • Règlement intérieur du Foyer
  • Règlement intérieur du Centre de Formation
  • Guide de procédures administratives, financières et comptable

    L'EFB a pour but d'aider les femmes à surmonter les obstacles majeurs qui freinent leur développement socio-économique et culturel.

    L'EFB a pour objectifs :

    • D'aider la femme et la jeune fille burkinabé à prendre conscience de l'importance de leur rôle dans le développement économique du pays afin qu'elles deviennent des éléments actifs de la construction nationale.
    • D'assurer une éducation économique, familiale, sociale, culturelle, civique et artistique à ses membres.
    • De développer l'esprit et la pratique de l'Entraide aussi bien entre les femmes du Burkina-Faso qu'avec les autres femmes du monde.

      L'EFB est une ONG féminine se préoccupant principalement des besoins relatifs aux conditions des femmes, elle accorde une importance de taille aux relations et discussions avec les hommes et groupements masculins afin de rétablir l'équilibre hommes / femmes et d'ouvrir un dialogue menant à la complémentarité.




      Centrende formation Sun Manegba


      VISION - ORIENTATIONS - MISSIONS DE L'EFB

      La femme constitue la charpente de la famille de par les différentes tâches qui lui sont dévolues aussi bien en milieu urbaine qu'en milieu rural. En effet, elle joue un rôle essentiel à la fois dans la production, la collecte, la transformation et la distribution des produits vivriers.

      La femme est l'employée économique indispensable aux activités de survie et de développement. Cependant elle n'a pas toujours tiré profit des fruits de ses efforts pour son épanouissement. Elle est de surcroît, l'objet de toutes sortes de discriminations et singulièrement au niveau de l'emploi. Que ce soit au niveau du secteur informel (urbain et rural) ou du secteur rural, on retrouve une division du travail qui se fait toujours au détriment de la femme. C'est elle qui exécute les tâches les moins rémunératrices.

      Les activités dites "féminines", dès qu'elles deviennent quelque peu rentables, cessent d'être réservées uniquement aux femmes. N'entend-t-on pas souvent dire : " c'est l'homme qui est responsable du ménage, donc il a la priorité en matière d'emploi " et toutes les politiques de développement et de formation semblent découler de ces idées, parce que généralement conçues par des hommes. En effet, en dehors des cas en zone urbaine où les maris prennent en charge une grande part du budget familial, les charges familiales sont partagées ; le mari donne les céréales et le reste incombe à la femme. En zone rurale il n'est pas rare de trouver des familles où le mari ne fournit les céréales qu'à compter de la 1ère pluie ; c'est à chaque femme de s'occuper de ses enfants jusqu'à cette date.

        C'est pour toutes ces raisons que les femmes ont besoin d'améliorer leurs revenus par un accroissement de la productivité de leurs activités. Plusieurs facteurs influencent la situation socio-économique des femmes :
      • la santé : les surcharges de travail, alliées à la malnutrition et aux nombreuses grossesses, font de la femme un élément très vulnérable en matière de santé.

      • L'éducation : malgré l'importance numérique du sexe féminin, les filles ne représentent que 37% des effectifs scolaires. Au niveau de la population adulte le taux d'alphabétisme est de 95% chez les femmes.

      • Difficultés d'accès aux ressources :

        - Accès à la terre : les femmes ne sont pas propriétaires de la terre. Elles bénéficient souvent des terres les plus pauvres qui peuvent leur être retirées à tout moment.

        - Accès au crédit : les femmes ont besoin de petites sommes d'argent pour leur activités commerciales ou de productions, cela n'intéresse pas les banques qui posent le problème de garantie.

        - Accès aux intrants : le manque de moyens financier joue sur l'acquisition de matériel agricole, d'engrais etc.

      • L'environnement : la désertification rend la vie des femmes plus difficile, difficulté dans l'approvisionnement en bois, tarissement des points d'eau habituels, baisse des rendements agricoles.

      • Les migrations : les hommes effectuent des migrations saisonnières ou temporaires vers la ville et les pays voisins. La conséquence est que dans certaines régions l'essentiel de la main-d'œuvre disponible est constituée par les femmes. Les femmes deviennent des chefs de ménage.

      • Le code de la famille : les coutumes dans la plupart des ethnies favorisent des discriminations à l'égard des femmes. La division du travail selon le sexe lui laisse la plus grande part des travaux pénibles et répétitifs.


      Tous ces facteurs réunis laissent entrevoir les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontées bon nombre de nos soeurs.

        Ainsi l'EFB se donne pour mission de pallier à toutes ces inégalités en aidant les femmes à surmonter les obstacles majeurs qui freinent leur développement socio-économique et culturel. A travers les actions suivantes :

      • accorder une priorité aux programmes destinés aux femmes, aux jeunes filles
      • promouvoir les droits humains et protéger les femmes contre toute forme de discrimination inciter les femmes a développer des initiatives propres afin de lutter contre la pauvreté
      • développer la participation communautaire au défi de la lutte contre la pauvreté des femmes et la parité homme-femme ceci en aidant les femmes en zone rurales et en zone urbaine a mieux se prendre en charge.

        Pour L'EFB la mise en œuvre de ses actions se fait à travers :
      • L'éducation
      • La formation/le placement
      • L'hébergement
      • La lutte contre les IST-SIDA
      • Le petit crédit